Rechercher

Interview

Mais qui se trouve derrière 5DO ?


Comment t'es-tu lancé dans l'aventure 5DO ? Quel est ton parcours ? J’ai suivi un parcours scolaire assez chaotique puisque j’ai démarré par un bac technologique, j’ai ensuite passé une licence de sciences humaines puis j’ai obtenu un master 1 en science politique à Paris 1 et pour finir un master 2 en en communication politique à La Sorbonne et un master recherche en science politique à Assas. J’ai fini mes études par un passage dans cabinet de lobbying puis j’ai brièvement travaillé à l’assemblée nationale comme assistant parlementaire. Je me destinais plutôt à une carrière dans l’environnement politique mais j’ai rapidement considéré que j’étais avant tout animé par l’envie de mener un projet humain. L’entrepreneuriat est d’abord et avant tout un projet humain. Encore fallait-il trouver l’idée, pour construire ce projet. A l’époque mon grand père avait travaillé plusieurs années sur l’idée de décortiquer les huitres. Dans ses nombreuses revues de presse, je suis tombé sur un article abordant la technologie haute pression. J’ai trouvé cela intéressant et j’ai commencé à débroussailler le sujet avec l’idée de décortiquer des gros huitres afin de valoriser la chair.



Peux-tu expliquer en une phrase ce qu'est 5DO ?



5DO est une entreprise qui a pour objectif de fournir de la chair de homard bleu décortiquée crue surgelée, avec de la qualité comme « sortie de l’eau’» à destination les chefs du monde entier etc.



C’est avant tout une mission écologique, puisque le surgelé évite le gaspillage, mais aussi un combat pour la qualité et les saisons. Nous travaillons les produits seulement pendant les périodes de pêche propice à la meilleure qualité.



Quelles sont les valeurs que tu défends ?

“Je défends en premier lieu des valeurs d’humanisme”


On doit viser l’épanouissement de l’homme, sa satisfaction, particulièrement au travail, puisque nous passons le plus clair de notre vie à travailler. En dépit des contraintes économiques, et elles sont très fortes, je crois qu’il ne faut pas perdre de vue cet objectif.



Comment 5DO a traversé la crise sanitaire ? Quels leviers as-tu mis en place ? Le marché de 5DO était à 95% celui de la restauration. Le choc a été terrible puisque du jour au lendemain nous n’avions plus aucun visibilité. Il a donc fallu considérer l’ensemble des ressources disponibles dans l’entreprise et imaginer des métiers connexes pour des marchés différents. Les collaborateurs de l’entreprise ont été fantastiques puisque l’on a pu réaliser énormément d’essais afin de développer de nouvelles gammes. Il faut garder en tête que sur 40 idées lancées seules 2 ou 3 aboutissent ; cela demande de la persévérance et beaucoup de courage pour les équipes. Nous avons aussi réduit drastiquement l’ensemble des charges de l’entreprise, resserrer les équipes et bénéficier d’un PGE important. Nos actionnaires ont été également solidaires en soutenant l’entreprise. C’est grâce à tout l’environnement de 5DO que nous avons pu développer de nouveaux marchés et partenariats, notamment dans la distribution.



Quel regard portes-tu sur l’évolution du secteur, au vu des changements opérés en 2020 ? Notre secteur est très erratique puisque nos métiers dépendent de la pêche. Du reste, nous sommes dans un monde globalisé ou les produits circulent de plus en plus facilement notamment en Asie. C’est ainsi que les marchés de matière première deviennent pénuriques, avec une forte demande pour une offre limitée, ce qui induit des tensions sur les prix et les disponibilités. Aujourd’hui, plus que jamais, ce sont les partenariats longs termes, la montée en gamme et l’innovation, qui permettront de continuer à pérenniser nos entreprises.



Quelle est la relation que tu cherches à entretenir avec les chefs et tes clients ? Notre métier est de transformer des produits de la mer mais nous sommes évidemment un métier de service. Nous devons être dans une relation d’écoute et d’empathie pour comprendre et entendre les besoin de nos marchés (restauration et distribution). Les métiers de la restauration sont très difficiles, en profondes mutation, compte tenu des évolutions de la société. C’est la raison pour laquelle nous devons adapter nos produits au besoin du Chef afin l’aider dans sa créativité et dans l’équilibre économique de son restaurant. Nous devons donc construire de relation de grande proximité pour avancer ensemble.


Quels sont les facteurs clés de réussite d’une entreprise comme 5DO ? Dans la relation commerciale, la qualité et la transparence ; nous ne devons jamais transiger sur la qualité des produits et nous devons toujours expliquer et montrer comment nous travaillons. C’est ce qui crédibilise le discours et nous rend audible. Sur la partie industrielle, c’est la rigueur et la parfaite exécution des process qui nous avons travaillé depuis plusieurs années pour certains et mois pour d’autres. Enfin, il est fondamental d’avoir des collaborateurs investis, d’une grande loyauté et capable de se projeter sur le long terme malgré les difficultés que nous pouvons rencontrer. De ce point de vue là nous avons des équipes incroyables.



Quelles sont tes ambitions pour les années à venir ? Mon objectif est de diversifier les activités de façon fortes, mais avec des synergies entre chaque activité. La diversification permet d’éviter d’entrer en dépendance sur une matière première ou un marché, ce fut la grande leçon de cette crise. Mon ambition est donc de répondre à des besoins ciblés à partir de ressources variées.



Que trouve-t-on très souvent dans ton réfrigérateur/congélateur ? J’ai une grande passion pour la cuisine, je peux passer des heures à cuisiner le week end, à tester expérimenter des gouts. Dans mon congélateur, on trouvera des produits 5DO. Cela me permet de les avoir à disposition si je dois rencontrer un chef et le convaincre de la qualité de nos produits. Dans mon réfrigérateur on trouvera des vinaigres japonais, que notre bureau asie m’envoie régulièrement, car je suis un grand fan des saveurs qu’ils offrent.



A titre personnel, quelle autre innovation alimentaire aurais-tu aimé inventer ? Je crois qu’il faut être très humble, les gens qui inventent sont rarissimes, les gens qui adaptent sont plus communs. Je suis plutôt dans la deuxième catégorie. Nous sommes très loin d’avoir épuisé toutes les opportunités des technologies que nous utilisons pour les produits de la mer. Mon ambition est de continuer à travailler sur la nécessité de ne plus gaspiller les produits de la mer tout en permettant au consommateur de les utiliser facilement avec qualité nutritionnelle et organoleptique élevée.



A titre personnel, quelle est ta recette préférée ? Difficile à dire, je vais en mentionner plusieurs ; Pour les crustacés : j’aime notre queue de homard en carapace grillée avec du lard de colonnata ou une queue de homard décortiquée avec une crème de topinambour Pour nos poissons : j’aime par dessus tout un filet de maquereau cru avec la peau grillée au chalumeau accompagné d'un vinaigre tosazu



Quelle est ta plus grande fierté en tant que dirigeant et fondateur de 5DO ? Je n’ai pas de fierté particulière, on ne réussit rien tout seul. La construction d’une entreprise est une co construction. Sans ma famille, ma femme, mes associés, tous les gens qui ont fait un bout de chemin avec moi, l’entreprise n’aurait pu se développer.



As-tu un souvenir particulier à confier ? Je me dis que l’on a fait beaucoup de chemin depuis l’époque ou je faisais 10H de camion avec des caisses de homards vivants pour aller faire des essais chez Hiperbaric.

3 vues0 commentaire